Rencontres

Rencontre avec Chloé Delaume

Vendredi 2 octobre j’ai assisté à une conférence avec Chloé Delaume pour son dernier roman Le cœur synthétique aux éditions du seuil.

Puis j’ai eu la chance d’échanger quelques mots avec cette autrice de talent que je lis depuis une dizaine d’années. Elle est reine de l’auto fiction, de la quête du je littéraire, de l’expérimentation textuelle. Elle n’écrit pas pour les lecteurs, mais pour l’expérience, et grâce à cela rien n’est altéré. Elle est pour moi cette femme qui incarne la sororité, plus grande encore que le féminisme.

Alors hier soir j’ai amené avec moi un de ses romans édité en 2007, car c’est avec lui que tout à commencer. Et quelle joie de voir son visage s’illuminer en découvrant que quelqu’un avait ce petit livre qui fait houhou, ce petit livre dans lequel il y a notre maison musicale, un refuge. Oui parce que nous partageons le même amour pour le même groupe de musique, certes avec 15 ans d’écart, mais avec la même nécessité, le même apprentissage, celui de chanter faux, et de cacher cet amour aux autres. Cet amour qu’on ne peut définir.

La dernière fille avant la guerre/ Delaume.- Naïve, 2007

« Mon corps avant ma tête, le corps avant la tête, pour moi ça c’est passé comme ça, le réveil. J’ai compris que j’étais vivante puisque j’éprouvais du désir. Moi aussi j’aurais préféré que ce soit la faute à Wagner, manque de pot c’est tombé sur Nicola Sirkis. »

La dernière fille avant la guerre. Voilà le livre qui m’a fait découvrir Chloé Delaume. Ce livre qui me parle tant, car quinze ans après j’ai découvert la même sensation à l’écoute de cette voix, de cette musique, de ces mots.

Chloé Delaume dialogue avec Anne son moi intérieur, elle met en lumière l’autofiction. Elle raconte sa découverte de ce groupe, de cet aventurier égaré dans la vallée infernale. De ces années passées casque vissé sur les oreilles, pour avancer.

Nous sommes en 2007 quand elle écrit ce roman juste après la sortie du disque Alice & June du groupe Indochine. Nicola Sirkis l’a contacté pour l’écriture d’une chanson. L’occasion inespérée de traverser le miroir. D’entrer dans la maison, de voir ses mots prononcés par cet homme qui a une place si importante. Arrive le refus. Elle ne fera pas partie de l’aventure.

Depuis, elle a bien écrit pour Indochine deux chansons : Les aubes sont mortes et Suffragette BB coécrite avec Nicola Sirkis. Elle a traversé le miroir.

Dans chacun de ces romans vous trouverez une allusion à ce groupe tant aimé, parce qu’on ne quitte jamais la maison.

Dans les années 90 il était difficile pour elle d’exprimer son amour pour Indochine. Depuis mes 16 ans cela est également difficile pour moi car cela est inexplicable et j’ai connu les jugements. On aime ou on déteste. Et je ne veux plus justifier la place qu’ils ont eu et ont dans ma vie. Ils m’ont fait vivre encore plus fort. Et cela continue, toujours.

Chloé Delaume donne également des performances et des lectures à voix hautes pour faire vivre ses écrits. J’attends le jour de pouvoir vivre cette expérience. Elle est une artiste à part entière. De plus, le 11 octobre elle sortira son premier album, qui devait sortir en même temps que Le coeur synthétique, pour accompagner le roman. Autant vous dire qu’il me tarde de le découvrir. Je vous en parlerai prochainement.

Avez-vous déjà fait la connaissance des mots de Chloé Delaume ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s